new-logo

Sélectionner la langue :

Ángela Sierra, Ouvrir les portes au monde latin

Ángela Sierra

Directeur général de Latinarte et de la Maison des Amériques, et président du Mois du patrimoine latino-américain.

Latino-Américaine d'origine colombienne, comme elle se définit elle-même, journaliste et communicatrice sociale ayant fait des études de cinéma et de télévision et une longue carrière dans le domaine culturel à Montréal, elle arrive au Canada avec une proposition de travail du réseau de télévision canadien TVA, avec lequel elle a réalisé un documentaire sur les personnes déplacées par la violence en Colombie.

Elle s'appelle Angela Sierra, femme activiste et très active dans la vie communautaire, son engagement social n'a pas de fin, c'est une montréalaise dans l'âme, amoureuse de cette ville et totalement militante dans l'objectif de rendre visible la culture latino-américaine.

Parler d'elle, c'est sans doute parler de Latinarte, car c'est là que cette aventure a commencé.
Il ne lui a pas fallu longtemps après son arrivée au Canada pour s'intégrer à la communauté. Un jour, elle a reçu un appel pour rejoindre l'organisation qui s'appelait à l'époque "La Colombie nous invite" et dont le travail était consacré aux Colombiens qui arrivaient massivement en raison des conflits dans ce pays.

Ensemble, ils ont créé la semaine culturelle de la Colombie, menant Angela, le volet culturel de l'événement. Pour la deuxième version de l'événement, les consulats et le ministère des migrations se sont impliqués, apportant des budgets et mettant ce festival sur la carte, devenant ainsi un objectif de vie et une source d'emploi.

La proposition ? Travailler avec la communauté artistique latino-américaine, mais face au Québec, d'où la naissance de Latinarte.

De nombreux projets ont suivi, notamment un magazine sur Youtube, des projets de médiation culturelle, la création d'un club d'artistes latinos, etc. Tout le mouvement d'intégration des immigrants a commencé et ils ont mis la bannière de l'intégration des artistes latinos sur leur dos, les présentant dans les mêmes conditions que n'importe quel autre artiste canadien.

Comme le dit Angela : "il n'y a rien de plus perméable que l'art, il se nourrit de la vie quotidienne, des expériences, c'est pour cela que j'ai mis le drapeau sur mon dos de manière militante, de manière plus forte, parce que je veux que mes artistes aient les mêmes possibilités que les autres".

La Maison des Amériques est née de ce même constat. La proposition était d'ouvrir un espace physique pour tous, les entrepreneurs et la communauté en général, et de ne pas rester uniquement dans le domaine culturel, sous un modèle coopératif, avec trente membres et 65 000 CAD pour démarrer.

Tout était prêt et soudain COVID est arrivé, avec son lot d'incertitudes, et le projet a dû s'arrêter ; cependant, la raison d'être de La Maison des Amériques continuera d'exister virtuellement. Comme beaucoup, COVID nous a fait nous réinventer. La Maison des Amériques n'a pas fait exception et a été forcée d'innover, de se restructurer et la clé est née. C'est un travail avec les entrepreneurs de la diversité et surtout les latino-américains, qui ont décidé de créer un espace d'accompagnement, de promotion, il s'agit de créer un réseau.

Cette maison, dont le logo est constitué par les carreaux qui apparaissent fréquemment dans nos cultures, a sa clé, son garage et son balcon.

La clé est celle qui ouvre la porte du monde latin, elle donne le droit aux entrepreneurs et à la population en général d'entrer dans cette maison latine. Ils peuvent y suivre différents ateliers commerciaux et culturels.

L'entrepreneur dispose d'un programme de promotion où vous êtes accueilli sur le balcon qui est la lettre d'information mensuelle où sont présentées les activités qui seront menées par la Maison des Amériques, vous pouvez assister à des événements, présenter votre marque, présenter votre entreprise et faire partie du réseau des entrepreneurs.
Le garage est une vitrine où les entrepreneurs et les artistes peuvent présenter leurs produits.

Angela nous invite tous, entrepreneurs latino-américains et population en général, à venir à la Maison des Amériques et à la soutenir. "Il s'agit d'un héritage que nous construisons ensemble, nous brisons les stéréotypes et nous voulons montrer le meilleur de nos cultures.

En même temps, pour 2019, le mois d'octobre a été déclaré par la loi le mois du patrimoine latino-américain, un projet collectif dans lequel Angela fait partie de l'organisation en tant que présidente.

L'idée est que tout le monde puisse trouver dans n'importe quel coin de la ville un événement à saveur latine et vivre l'expérience latino-américaine à Montréal, un héritage qui est complètement adapté à cette ville.

Lors de l'édition de l'année dernière, un projet très intéressant intitulé "el barrio, tu barrio" a été réalisé. Ce projet parle de l'amour que les Latinos portent à ce secteur de Jean Talón : "Il s'agit d'une affection particulière, d'un sentiment d'appartenance à la ville de la part des Latinos".

Le chemin a été difficile, mais quinze ans plus tard, et après tant d'années à réclamer ces projets, ils ont gagné en force. Ce n'est rien d'autre que de la persévérance, il faut avoir un esprit combatif, être passionné par cette communauté.

Le rêve d'Angela Sierra est de voir une communauté latino renforcée, La Maison des Amériques, dans un grand bâtiment avec de multiples salles d'événements et une bibliothèque pour tous.

Cette femme au grand charisme, au sourire toujours présent et à la mission très claire est un exemple d'engagement pour la communauté, sa vie nous donne matière à parler longtemps, mais ce que je vous conseille, c'est de venir sans timidité au café Latinarte situé au 911 rue Jean heel, entrez, installez-vous confortablement, commandez un café et laissez-vous enchanter par toutes les histoires que cette grande dame et ses invités ont à raconter.

Écrit par :

Luisa Fernanda Espinosa Rodriguez

https://www.linkedin.com/in/luisa-fernanda-espinosa-rodriguez-0223b21ba/